14 personnes vont tester le confinement extrême dans une grotte

19 février 2021 à 15h07 - 650 vues

La crise du Covid-19 a bouleversé notre quotidien, mis à mal nos repères, fait voler nos certitudes en éclats. Une situation inédite qui a convaincu l’explorateur-chercheur franco-suisse Christian Clot de mener une nouvelle expérimentation inédite, intitulée Deep Time. À partir du 7 mars et pour quarante jours, il va vivre enfermé avec 13 autres personnes (6 hommes et 7 femmes) dans la grotte de Lombrives, à Ussat-les-Bains, en Ariège, à 110 km de Toulouse.

Ils seront plongés sous terre sans aucun repère temporel, ni lumière naturelle pendant 40 jours. Un confinement extrême qui sera scruté à la surface par une armée de chercheurs. L'objectif du projet est de mener un véritable protocole scientifique sur des personnes plongées dans une situation similaire d'anomie. En l'occurence les quatorze volontaires installés dans leur caverne. Mais pour eux, l'anomie sera double : en plus d'être coupés du temps, ils vivront dans un milieu totalement nouveau.

L'idée d'un tel projet n'est pas inédite. Plusieurs missions similaires ont déjà été menées au cours des dernières décennies, notamment par le Français Michel Siffre qui s'est isolé deux mois dans une grotte en 1962. Des expériences qui ont approfondi la compréhension de ce que les scientifiques appellent la chronobiologie. A ce jour, cependant, jamais aucun groupe ne s'est plié à un tel exercice. Encore moins avec un tel protocole scientifique pour étudier la façon dont leurs cerveaux et leurs organismes réagissent et génèrent une nouvelle synchronisation de temps, d’espace et de société.

Car les volontaires auront beau être dans les profondeurs d'une grotte, durant ces 40 jours, il leur faudra bien retrouver des manières de vivre, de dormir, de se lever, de manger, d'interagir, de s'organiser en groupe. Tout en menant les analyses scientifiques nécessaires pour permettre à l'équipe restée en surface de suivre leur évolution.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article