Des perturbateurs endocriniens dans le maquillage pour enfants ?

13 février 2018 - 2090 vues

"Faire comme les grands !" est une étape du développement de l’enfant. Parmi les rituels, le maquillage n'échappe pas à la règle. Mais selon le magazine 60 millions de consommateurs, ces produits ne seraient pas sans risque.  Dans son numéro de février 2018, l’association relève, en effet, la présence :

 - D’un filtre UV (l’octocrylène) dans du gloss Reine des neiges Disney (marque Markwins), une substance allergisante de plus en plus décriée comme perturbateur endocrinien potentiel. Ce produit fait également la part belle au phénoxyéthanol, un conservateur soupçonné de toxicité sur la reproduction à fortes doses chez l’animal.

 - De phénoxyéthanol dans la palette Fashion’z. À ce jour, les autorités européennes jugent qu’il n’y a aucun risque aux doses utilisées chez l’homme, rappelle 60 millions de consommateurs, avant de demander ce qu’il en advient si l’enfant ronge ses ongles ?.

- De propylparabène dans l’ombre à paupières et les fards à joues de la boîte de maquillage Claire’s, un conservateur intégré dans la liste des perturbateurs endocriniens potentiels à proscrire chez l’enfant.

La peau de l’enfant est si fine que ses produits peuvent la traverser (paupières, ongles, lèvres…). Des ingestions peuvent aussi survenir. Et certains de ces allergènes ou perturbateurs endocriniens sont même accrus chez l’enfant dont l’organisme en plein développement est particulièrement sensible aux toxiques, relève le magazine. 

Plus de vigilance de la part des parents

Aujourd’hui, si les adultes sont de plus en plus regardants sur la composition de ce qu’ils achètent (nourriture, cosmétiques…), il n’en va pas toujours de même lors d’achat au rayon maquillage de l’enfant. Mais pour limiter au maximum l’exposition aux toxiques, les parents doivent éplucher les listes d’ingrédients pour repérer les plus problématiques.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article