Australie : l'est du pays asphyxié par la fumée des incendies


11 décembre 2019 - 503 vues

L'Australie étouffe. L'est du pays est recouvert, mardi 10 décembre, d'un brouillard de fumées toxiques dégagé par les feux de forêts, qui risquent de s'intensifier en raison de conditions météorologiques "extrêmes". A Sydney, ville la plus peuplée du pays, cette fumée toxique a déclenché des détecteurs de fumée, contraignant les pompiers à aller de bureaux en bureaux, toutes sirènes hurlantes. Beaucoup d'habitants s'étouffent sous leur masque en raison de l'épaisse fumée âcre.

Certaines liaisons en ferries ont été annulées et pendant les récréations, les écoliers ont été confinés à l'intérieur, la pollution dépassant largement des niveaux "dangereux". Une course de yachts a par ailleurs été interrompue en raison des conditions qualifiées de "trop dangereuses". "La fumée dégagée par tous les incendies est si importante dans le port qu'on ne voit rien", a déclaré un organisateur.

Un "mégafeu" au nord-ouest de Sydney

L'est de l'Australie est depuis des semaines enveloppé par un nuage de fumée lié aux feux de forêts qui font rage depuis plus de trois mois en raison de le sécheresse. Et l'ampleur de ce phénomène s'est aggravé mardi. Les températures devraient aussi dépasser les 40 °C dans certaines régions. Au nord-ouest de Sydney, des incendies de forêts, qui brûlent depuis plusieurs semaines, ont fusionné en un seul et unique "mégafeu" qui a déjà détruit 319 000 hectares de terres, principalement dans des parcs nationaux.

Le Premier ministre Scott Morrison, qui n'a fait aucune déclaration concernant cette fumée toxique qui recouvre certaines parties du pays depuis des semaines, a défendu la manière dont son gouvernement gère ces incendies. Son gouvernement conservateur, ardent défenseur de la très puissante et lucrative industrie minière australienne, est notamment accusé par d'ex-chefs des pompiers de ne pas avoir tenu compte de leurs mises en garde concernant le réchauffement climatique.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article