Le premier Huawei sans Google !


20 septembre 2019 - 547 vues

Huawei plie mais, pour l'instant, ne rompt pas. En dévoilant ce jeudi à Munich (Allemagne) son nouveau smartphone haut de gamme décliné en deux versions, le Mate 30 (799 €) et le Mate 30 Pro (1 099 €), le géant chinois et numéro deux mondial du smartphone a dû se plier à un délicat exercice d'équilibriste.

Le Mate 30, un monstre de puissance et aux qualités photo et vidéo battant à plate couture la concurrence, est en effet le premier à subir les conséquences de la guerre commerciale qui oppose la Chine et les USA. Huawei figure dans une liste d'entreprises suspectes (et, dans le cas du constructeur chinois, soupçonné d'espionnage), établie par le ministère américain du Commerce avec lesquelles les firmes américaines ne peuvent commercer sans le feu vert des autorités. Google, comme toutes les entreprises américaines de communication et en attendant l'issue des négociations entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, reste donc bloqué au feu rouge.

Pas de Gmail ou de Google Maps

Dans ce contexte, prendre en mains ce Mate 30, comme nous avons pu le faire ce jeudi, est une expérience plutôt curieuse. A première vue, rien ne change… puisque l'appareil fonctionne avec la dernière version d'Android (10) de Google. La version installée, dite libre mais low-cost, n'est pas complète car dépourvue de l'essentiel aux yeux de la plupart des utilisateurs : pas de Gmail, de Google Maps ou encore de champ de recherche Google. Pas plus que d'icônes Facebook, Twitter, Instagram ou WhatsApp, des applications que l'on télécharge depuis la boutique de logiciels en ligne Play Store de Google.

Pour tenter de se sortir de ce mauvais pas, Huawei, qui commercialisera son Mate 30 en Chine le mois prochain, met en avant sa propre boutique d'applications.

Contourner l'embargo américain

S'il est lancé dans sa configuration actuelle, le Mate 30 devra certainement se contenter d'être un appareil apprécié par les geeks, sensibles à ses qualités techniques. A moins qu'une tactique, que le journal Le Parisien a tentée avec succès, permette de contourner l'embargo américain.

En utilisant le logiciel de Huawei baptisé "Phone Clone", qui permet de transférer l'ensemble des données d'un smartphone de la marque à un autre en quelques minutes, nous avons réussi à installer l'application Facebook et à créer un compte sur un Mate 30. Pas sûr que l'astuce échappe longtemps à la surveillance des autorités américaines.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article